AngloGold tire un trait sur la nation Arc-en-ciel en y cédant ses derniers actifs

Annoncée dès mai 2019, la cession des ultimes actifs miniers sud-africains d’AngloGold Ashanti au profit d’Harmony Gold est désormais actée. Une opération qui clôt un long processus de désengagement de la nation Arc-en-ciel.

Pour AngloGold Ashanti, troisième producteur mondial d’or, c’est une page qui se tourne. En annonçant mercredi 12 février qu’il vendra le reliquat de ses actifs sud-africains à son compatriote Harmony Gold pour environ 300 millions de dollars, le groupe minier a acté son retrait définitif de la nation Arc-en-ciel, sa patrie d’origine, où il n’a cessé de se désengager depuis le début des années 2000. En cause, une industrie minière qui n’en finit plus de décliner : hausse des coûts, raréfaction des ressources, fermetures de puits, plans de licenciements, multiplication des conflits sociaux… Une spirale négative encore plus prononcée dans le secteur de l’or – périmètre d’activité principal d’AngloGold – qui a vu sa production chuter de 83 % entre 1980 et 2018. Résultat, AngloGold cherche désormais ailleurs ses relais de croissance (Tanzanie, Ghana, Mali, RDC, Australie…). L’annonce de la cession de ses derniers actifs sud-africains peut donc être perçue comme l’ultime chapitre d’un long processus de désinvestissement de la nation Arc-en-ciel.

Dans son communiqué, le groupe, qui confirme que l’accord lui permettra de « se concentrer sur les actifs à rendement plus élevé », précise qu’Harmony acquerra notamment la mine d’or de Mponeng – la plus profonde du monde – ainsi que celles de Tau Tona et de Savuka. First Uranium Corporation, la filiale d’AngloGold active dans le retraitement des déchets miniers, passera par ailleurs sous le contrôle d’Harmony. Quant au règlement de la transaction, qui doit être finalisée d’ici juin sous réserve des approbations réglementaires, AngloGold Ashanti a indiqué qu’il percevra en échange de ses actifs un paiement initial de 200 millions de dollars, suivi de deux autres traites qui seront versées d’ici 2027 et dont le montant final cumulé (quelque 100 millions de dollars estimés) sera déterminé en fonction de la production d’or réalisée et des cours mondiaux. Harmony, qui a renoué récemment avec les bénéfices, s’est pour sa part félicité, par la voix de son PDG Peter Steenkamp, du potentiel de cette acquisition, susceptible « d’augmenter les marges de trésorerie », grâce notamment à une hausse escomptée de la production d’or d’environ 350 000 onces par an.

Lire aussi : Le Sud-Africain Harmony Gold renoue avec les bénéfices
Lire aussi : AngloGold Ashanti porté par un cours de l’or au plus haut depuis 6 ans

La localisation de la mine de Mponeng, mitoyenne du site de Kusasalethu (Harmony Gold), dans la province du Gauteng.
Crédit : Harmony Gold