Le Botswana annonce la découverte du 3e plus gros diamant du monde

Propriété du gouvernement botswanais et du diamantaire sud-africain De Beers, l’entreprise minière Debswana a annoncé mercredi 16 juin la découverte d’une pierre de 1 098 carats, ce qui en ferait le troisième plus gros diamant connu dans le monde.

En termes de carats, la pierre reste loin derrière les deux plus gros diamants jamais trouvés, le mythique Cullinan (découvert en 1905 en Afrique du Sud avec une masse de 3106 carats) et le  Sergio, plus grand diamant brut noir jamais découvert (dans l’État brésilien du Bahia, en 1895), qui pesait 3 167 carats.

Dans tous les cas, la nouvelle confirme le statut d’eldorado du diamant qu’est le Botswana ; le pays d’Afrique australe, premier producteur de diamant du continent et l’un des premiers de la planète, est familier de ce genre de découverte spectaculaire. En 2015, un diamant de 1 109 carats, baptisé Lesedi La Rona, avait été trouvé dans une mine du nord-est du pays et vendu deux ans plus tard pour 53 millions de dollars, devenant ainsi le second diamant le plus cher de l’histoire.

Même s’il est pour l’instant trop tôt pour estimer la valeur du diamant brut trouvé, la pierre sera, selon toute vraisemblance, vendue aux enchères. Il appartiendra alors à l’heureux propriétaire de déterminer s’il doit être gardé entier ou divisé en plusieurs morceaux. Pour sa part, le président botswanais Mokgweetsi Masisi, qui a pu tenir entre ses mains la pierre translucide, a d’ores et déjà annoncé que les bénéfices tirés de la vente du diamant seraient investis « dans les besoins du développement national ».

Lire aussi Le diamantaire De Beers retrouve le sourire

Lire aussi Diamant : Le namibien Namdeb cède sa mine d’Elizabeth Bay

Lancée dans les années 60, à la faveur de plusieurs découvertes de gisements exceptionnels, la filière diamant a permis au Botswana de construire l’une des économies les plus dynamiques au monde depuis 1960 (5 % de croissance annuelle moyenne) et ce avec une gouvernance saluée pour sa transparence : selon Transparency International, le Botswana est le deuxième pays africain le moins corrompu après les Seychelles.  Au total, la production nationale a représenté plus de 23,7 millions de carats en 2019- classant le pays au deuxième rang mondial, derrière la Russie- et près des deux-tiers de l’approvisionnement de la compagnie sud-africane De Beers, partenaire privilégié du pays depuis son indépendance en 1966.