Nordgold veut mettre la main sur les actifs ghanéens de Cardinal Resources

Premier producteur d’or d’Afrique, le Ghana pourrait prochainement voir arriver sur son sol un acteur majeur de la filière aurifère, le russe Nordgold, qui souhaite racheter le portefeuille minier de l’australien Cardinal Resources.

Intéressé notamment par le projet aurifère ghanéen de Namdini, le groupe minier- contrôlé par le milliardaire Alexeï Mordashov, 48e fortune mondiale selon « Forbes »- a annoncé lundi 16 mars avoir soumis « une proposition indicative et conditionnelle non contraignante visant à acquérir la totalité du capital social émis de Cardinal Resources », la junior australienne propriétaire du site. Situé dans le nord du pays, à proximité des mines de métal jaune de Newmont et Kinross, le site de Mandini pourrait, selon une étude de faisabilité publiée en octobre dernier, produire près de 5 millions d’onces d’or (130 tonnes) sur une durée de vie de 15 ans, à un coût global moyen de 895 dollars l’once, un seuil bien inférieur au cour actuel de l’or (1550 dollars environ ). En clair, si les prix du métal jaune se maintiennent au présent niveau, la rentabilité du projet serait non seulement garantie mais… des plus copieuses. Une configuration très favorable qui explique certainement les généreux termes de l’offre faite par Nordgold pour s’assurer le soutien des actionnaires de Cardinal Resources : à 0, 4577 dollar australien (0,28 dollar américain) l’action, le russe, déjà détenteur d’une participation de 19,9 % dans la société, offre ainsi une prime de… 83 % par rapport au cours de clôture de la précédente séance. Une opération qui valorise au total Cardinal à 227 millions de dollars australiens (138 millions de dollars américains).

Localisation du projet aurifère Namdini, sur la carte du Ghana (carré rouge). Crédit : Cardinal Resources

Lire aussi : Ghana : la ruée vers l’or, une chance ?
Lire aussi : Mines : où investir en 2020 ?
Lire aussi Sénégal : Teranga Gold rachète le projet minier de Massawa à Barrick Gold

Prudent, le géant russe (907 000 onces d’or produites en 2018, à l’échelle mondiale) a toutefois précisé dans son communiqué qu’une « due diligence1 » de quatre semaines sur le projet Namdini devra au préalable être réalisée. Si celle-ci est accomplie à la «satisfaction» de Nordgold, celui-ci soumettra alors une offre « préliminaire contraignante », qui l’engagera définitivement. En cas de succès, l’opération permettrait à la société russe- par ailleurs présente en Russie et au Kazakhstan- de renforcer sa position en Afrique de l’Ouest, Nordgold étant déjà actif au Burkina Faso et en Guinée. Quant à Cardinal, qui a nommé un comité spécial pour examiner la proposition du russe, sa direction a exhorté ses actionnaires à ne pas prendre parti pour l’heure.

1 La due diligence, ou « diligence raisonnable », est l’ensemble des vérifications qu’un éventuel acquéreur ou investisseur réalise avant une transaction.