Pour protéger ses huiliers de la concurrence chinoise, le Sénégal suspend ses exportations d’arachide

Face à la mainmise des négociants chinois sur la filière arachidière et aux difficultés d’approvisionnement rencontrées par les huiliers locaux, les autorités sénégalaises ont décidé de suspendre jusqu’à nouvel ordre les exportations de graines d’arachide.

Présents depuis des années dans les grandes régions arachidières du pays (Kaolack, Fatick, Louga, Diourbel…), où ils écument les campagnes à la recherche d’oléagineux, les négociants chinois sont plus que jamais les acteurs incontournables de la filière au Sénégal. Capitalisant sur le mécontentement des agriculteurs face à la reconduite du prix d’achat officiel – fixé en début de saison arachidière à 210 francs CFA le kilogramme –, les opérateurs privés venus de l’Empire du Milieu ont vite surenchéri pour rafler le maximum de la production disponible. Une situation qui fait bien entendu le bonheur des exploitants agricoles sensiblement mieux rémunérés pour leur labeur, mais plonge dans le désarroi les huiliers locaux, qui manquent désormais cruellement de matières premières pour faire tourner leurs usines. Résultat, plusieurs d’entre eux ont du se résoudre à annoncer des licenciements. La Société nationale de commercialisation des oléagineux du Sénégal (Sonacos), qui n’a récolté que 10 000 tonnes de graines (contre 250 000 tonnes escomptées), a ainsi distribué 1 050 préavis de licenciement dans ses unités de Diourbel, Kaolack et Ziguinchor tandis que la Compagnie d’exploitation des oléagineux (Copeol), second huilier du pays, a de son côté mis fin, le 31 janvier, à 200 contrats de saisonniers. « Ces travailleurs vont perdre leur emploi et ceci est dû à une campagne de collecte de l’arachide désastreuse. Nous l’avions annoncé et crié partout, mais j’ai l’impression qu’on ne nous a pas entendus », s’est pour sa part désolé Samba Wane, le secrétaire général de la section locale du Syndicat national des corps gras à la Copeol, cité par le site d’information sénégalais Emedia.sn.

Lire aussi : Sénégal : les paysans contestent le prix de l’arachide proposé pour la campagne qui s’ouvre
Lire aussi : Environnement des affaires agricoles en Afrique : ce qu’il faut retenir du dernier rapport dédié de la Banque mondiale

Face à ce contexte inédit, le ministère de l’Agriculture et de l’Équipement rural a décidé de suspendre les exportations de graines d’arachide, l’objectif étant de « sécuriser la reconstitution du capital semencier et faciliter l’approvisionnement des huiliers », justifie la lettre circulaire du ministre de l’Agriculture et de l’Équipement rural, Moussa Baldé, datée du 31 janvier 2020. En déplacement à Kolda ce dimanche 2 février, le responsable politique a toutefois rappelé que « les exportateurs ont injecté plus de 100 milliards [francs CFA, soit 165 millions de dollars, NDLR] dans le monde rural cette année » avant de se faire plus spécifique, indiquant que « les Chinois ont permis aux producteurs de vendre le kg d’arachide à un prix jamais atteint ». Reste à voir si le prix officiel fixé pour les prochaines campagnes tiendra compte de ce nouveau rapport de force en faveur des producteurs.