Sénégal : l’australien FAR lève 300 millions de dollars pour financer sa part du projet pétrolier Sangomar

La junior australienne FAR a annoncé ce lundi 20 janvier avoir sécurisé un emprunt de 300 millions de dollars pour financer ses engagements dans le projet offshore Sangomar, le premier bloc de développement pétrolier du Sénégal.

Détentrice d’une participation de 15 %, la société est présente aux côtés de Woodside Energy (35 %), Cairn Energy (40 %) et de la société d’État sénégalaise Petrosen (10 %). La facilité obtenue est un crédit syndiqué souscrit par les établissements financiers Macquarie Bank et BNP Paribas ainsi que par Glencore, le géant suisse du négoce des matières premières, chacun des prêteurs apportant 100 millions de dollars au tour de table. Quant aux conditions d’emprunt, « la facilité [de crédit] a une échéance de sept ans et est calculée sur la base d’un taux de 7,75 % au dessus du LIBOR (London Inter Bank Offered Rate, le taux de référence du marché interbancaire à Londres, ndlr) », précise l’entreprise dans son communiqué. L’annonce de FAR fait suite au récent feu vert donné par les autorités sénégalaises à la concrétisation du projet, un ensemble de blocs d’exploration offshore, piloté par l’opérateur Woodside, et qui devraient à terme avoir une capacité de production de 100 000 barils / jour. Reste un ultime point à régler, le différend qui oppose FAR à son compatriote Woodside, ce dernier ayant acquis en août 2016- pour 430 millions de dollars- la participation de 35 % détenue par l’américain ConocoPhillips dans le projet alors que la junior australienne se prévaut d’un droit de préemption sur celle-ci. En Afrique, outre le Sénégal, FAR est aussi actif en Gambie, en Guinée-Bissau au Kenya.

Lire aussi : Kosmos Energy réitère sa volonté de réduire la voilure dans le projet Grand Tortue-Ahmeyim
Lire aussi : Affaire Aliou Sall : le président sénégalais réplique

Localisation des champs pétroliers de Sangomar, au large du Sénégal. Crédit : FAR