Tesla relance le cobalt congolais de Glencore

L’enjeu : sécuriser un approvisionnement fiable en cobalt pour accompagner le développement de la voiture électrique
Mise à mal par la suspension, fin 2019, des opérations dans la mine de Mutanda, la filière cobalt congolaise pourrait être prochainement relancée grâce aux besoins accrus du constructeur automobile américain Tesla. Le groupe, spécialisé dans les véhicules électriques, aurait, selon le quotidien économique Financial Times, validé un accord avec la société minière Glencore pour fournir en cobalt ses nouvelles usines de batteries.

Ce partenariat, qui doit encore être officiellement confirmé par les deux entreprises concernées, devrait selon les sources citées par le quotidien d’affaires britannique, se traduire par l’achat de 6 000 tonnes de cobalt par an pour assurer les besoins des nouvelles unités de production de batteries au lithium-ion de la firme américaine, basées à Shanghai (Chine) et à Berlin (Allemagne). Un volume qui proviendra en premier lieu des deux sites miniers congolais détenus par le géant suisse des matières premières, le pays d’Afrique centrale représentant à lui seul 60% de l’offre mondiale de cobalt.

L’enjeu est, il est vrai, de taille. Une récente étude du cabinet de conseil Boston Consulting Group (voir graphique ci-dessous) estime ainsi que la part de marché des voitures électriques et hybrides dans le total des ventes d’automobiles mondiales, progressera de 8 % en 2019 à…51% en 2030. Un changement d’échelle- et de paradigme- qui bousculera en profondeur l’industrie automobile et ses fournisseurs de matières premières. Or, les alternatives au cobalt (notamment congolais) dans la fabrication des batteries n’ont jusqu’à maintenant pas vraiment été concluantes, le rendement d’une configuration au lithium-fer-phosphate étant par exemple significativement plus faible que le traditionnel lithium-ion (avec du cobalt). Pour Tesla, qui devrait multiplier par sept ses capacités dans les dix ans, il était donc impératif de sécuriser un approvisionnement fiable et à long terme avec Glencore, le premier fournisseur industriel de cobalt au monde. Consciente de la mauvaise réputation qui entoure le cobalt congolais, Tesla a toutefois rappelé, dans un récent rapport, qu’elle reconnaissait « les risques plus élevés de problèmes de droits de l’homme dans les chaînes d’approvisionnement en cobalt, en particulier celui du travail des enfants en République démocratique du Congo (RDC) […] » et qu’en conséquence, « un effort significatif sera fait pour établir des processus visant à éliminer ces risques des chaîne d’approvisionnement ». Dont acte.

La voiture électrique, un marché en forte croissance : part des ventes de véhicules électriques et hybrides, en % des ventes totales dans le monde
Source : Boston Consulting Group

Lire aussi : À l’affut, Trafigura chercherait à investir dans la filière cobalt congolaise
Lire aussi : Zambie : Mopani Copper Mines, filiale de Glencore, réduit son activité
Voir aussi : Rencontre avec… Marie Chantal Kaninda (RDC) – Directrice exécutive de Glencore RDC