Par ressources-magazine

Mines : l’Australien Amani Gold revoit à la hausse ses estimations sur le gisement de Kebigada en RDC

Les actions d’Amani Gold Limited, explorateur et développeur d’or coté à l’Australian Securities Exchange (ASX), ont doublé jeudi matin après que la société a annoncé une mise à niveau substantielle du gisement d’or de Kebigada, qui fait partie du projet aurifère Giro, situé en République démocratique du Congo. Le potentiel minéral du site s’élève désormais à 124 millions de tonnes tirant 1,03 g/t d’or pour 4,1 millions d’onces d’or à une teneur de coupure de 0,5 g/t. Cette nouvelle estimation représente une augmentation de 28 % (800 000 onces d’or) par rapport aux chiffres précédents de 75 millions de tonnes à 1,18 g/t d’or, pour 2,9 millions d’onces d’or à une teneur de coupure de 0,6 g/t. La société entreprend toujours des travaux d’exploration sur le projet Giro afin de continuer à étendre l’échelle du projet. Une campagne de 6 000 m de carottage (12 carottes chacune d’une longueur de 500 m) le long de la grève est prévue pour commencer d’ici mai ou juin.

Covid-19: African banana producers mobilize to continue supply while guaranteeing the health of their employees

In the context of the global health crisis linked to the Covid-19 pandemic, African banana companies, through the Afruibana association – which brings together several producers and exporters from Côte d’Ivoire, Cameroon and Ghana, three countries that produced just over 600,000 tonnes of bananas in 2018 – have mobilized to rigorously implement all the instructions issued by the governments of producing countries. For the sector, the priority is twofold: to ensure a continuous supply of quality bananas to distribution centres (nearly 90% of African banana production is destined for the European market), and to guarantee the health safety of workers. To date, no cases of disease have been recorded, and whether in the banana plantations, packing stations or the various African port sites, the technical teams scrupulously apply the hygiene instructions. Particular attention is paid to transporters, pilots and mechanics, who are essential to the smooth running of operations. The sector is organised to limit as much as possible the risk of impact on its logistics chains, to prevent additional costs or longer delivery times. All strategic stocks (cardboard boxes, packaging and phytosanitary products) have been increased to offset any possible shortages in the coming weeks. The European Commission’s Directorate-General for Agriculture and Rural Development (DG AGRI) has announced that the free movement of goods and commodities will be maintained during the epidemic. To date, the European Food Safety Authority (EFSA) considers that there is no evidence that food is a route or source of transmission of the disease.

Covid-19 : les producteurs africains de bananes se mobilisent pour poursuivre l’approvisionnement tout en garantissant la santé de leurs employés

Dans le contexte de la crise sanitaire d’ampleur mondiale liée à la pandémie de Covid-19, les entreprises africaines de la banane, à travers l’association Afruibana – qui regroupe plusieurs producteurs et exportateurs de Côte d’Ivoire, du Cameroun et du Ghana, trois pays qui ont produit un peu plus de 600 000 tonnes de bananes en 2018 –, se sont mobilisées afin de mettre rigoureusement en œuvre l’ensemble des consignes délivrées par les gouvernements des pays producteurs. Pour la filière, la priorité est double : assurer un approvisionnement continu en bananes de qualité vers les centres de distribution (près de 90 % de la production de banane africaine est destinée au marché européen), et garantir la sécurité sanitaire des travailleurs. À ce jour, aucun cas de maladie n’a été recensé, et que ce soit dans les bananeraies, les stations de conditionnement ou les différents sites portuaires africains, les équipes techniques appliquent scrupuleusement les consignes d’hygiène. Une attention particulière est portée aux transporteurs, pilotes et mécaniciens, essentiels au bon déroulement des opérations. La filière s’organise pour limiter au maximum le risque d’impact sur ses chaînes logistiques, prévenir les surcoûts ou le rallongement des délais de livraison. Tous les stocks stratégiques (cartons, emballages et produits phytosanitaires) ont été augmentés pour pallier toute éventualité de pénurie dans les prochaines semaines. La Direction générale de l’Agriculture et du Développement rural de la Commission européenne (DG AGRI) a annoncé que la libre circulation des biens et marchandises serait maintenue durant l’épidémie. À date, l’Autorité européenne de Sécurité des Aliments (EFSA) considère qu’il n’y a aucune preuve que les aliments constituent une voie ou une source de transmission de la maladie.

Guinea Bissau: China’s Sinohydro to build the Gardete solar power plant

The Chinese energy company Sinohydro has won the tender for the construction of the Guinea-Bissau solar power plant in Gardete, it was announced on Thursday 19 March. The call for expressions of interest was launched in March 2019 by the African Biofuel and Renewable Energy Co. (Abrec), a pan-African organisation which promotes renewable energy on the continent. In detail, the project as a whole includes the Gardete power station, which will have a capacity of 20 megawatts (MW), but also two mini-solar power stations of 1 MW capacity each to be located in Gabu and Canchungo. As for financing, the West African Development Bank has allocated a loan of 42.9 million Dollars.

Guinée Bissau : Le chinois Sinohydro construira la centrale solaire de Gardete

L’énergéticien chinois Sinohydro a remporté l’appel d’offre pour la construction de la centrale solaire bissau-guinéenne de Gardete, a-t-on appris ce jeudi 19 mars. L’appel à manifestation d’intérêt avait été lancé en mars 2019 par African Biofuel and Renewable Energy Co. (Abrec), une organisation panafricaine qui promeut les énergies renouvelables sur le continent. Dans le détail, le projet dans son ensemble inclut la centrale de Gatete, qui disposera d’une capacité de 20 mégawatts (MW), mais également deux mini centrales solaires de 1 MW de capacité chacune qui seront implantées à Gabu et à Canchungo. Quant au financement, la Banque ouest-africaine de développement lui a alloué un prêt de 42,9 millions de dollars.

Oil: Sao Tome and Principe and Equatorial Guinea launch a joint exploration zone

Sao Tome and Principe and Equatorial Guinea have confirmed the creation of a special maritime zone for joint exploration to develop transboundary oil and gas reserves, it was reported on Wednesday, 18 March. The decision was taken during a meeting this week in Malabo between the Minister of Public Works, Infrastructures, Natural Resources and Environment of São Tomé and Príncipe, Osvaldo Abreu, and the Minister of Mines and Hydrocarbons of Equatorial Guinea, Gabriel Mbaga Obiang Lima. This is a step forward that reinforces the cooperation efforts of the two countries, which initiated the first contacts in this direction in the early 2000s. According to the indicative timetable communicated, offshore exploration operations could start as early as October 2020.

Pétrole : Sao Tomé et Principe et la Guinée Equatoriale lancent une zone d’exploration conjointe

Sao Tomé et Principe et la Guinée Equatoriale ont confirmé la création d’une zone maritime spéciale d’exploration conjointe pour mettre en valeur les réserves transfrontalières de pétrole et de gaz, a-t-on appris mercredi 18 mars. La décision a été prise lors d’une rencontre cette semaine à Malabo entre le ministre des Travaux publics, des Infrastructures, des Ressources naturelles et de l’Environnement de São Tomé et Príncipe, Osvaldo Abreu, et le ministre des Mines et des Hydrocarbures de Guinée équatoriale, Gabriel Mbaga Obiang Lima. Une avancée qui conforte les efforts de coopération des deux pays, ces derniers ayant initié les premiers contacts en ce sens dès le début des années 2000. Selon le calendrier indicatif communiqué, les opérations d’exploration offshore pourraient démarrer dès octobre 2020.

Algeria: Chevron joins forces with Sonatrach

US oil and gas number two, Chevron, has signed a memorandum of understanding with Algeria’s state-owned hydrocarbon giant Sonatrach to engage in joint discussions on partnership opportunities in the hydrocarbon industry. The agreement, concluded on 12 March and made public this week, comes shortly after the adoption of a new petroleum code, which aims to relax and simplify the sector’s legal and fiscal regime. A development that suggests that the Algerian authorities’ efforts to attract foreign investors may finally be paying off. The local media have also reported in recent days that other major players in the sector, such as Exxon Mobil, are currently in talks with Algiers.

Algérie : Chevron s’allie à la Sonatrach

Le numéro deux américain du pétrole et du gaz, Chevron, a signé avec la Sonatrach, le géant public algérien des hydrocarbures, un mémorandum d’entente pour engager des discussions conjointes sur les opportunités de partenariat dans l’industrie des hydrocarbures. L’accord, conclut le 12 mars et rendu public cette semaine, intervient peu après l’adoption d’un nouveau code pétrolier, qui vise à assouplir et simplifier le régime juridique et fiscal du secteur. Un développement qui laisse à penser que les efforts des autorités algériennes pour attirer les investisseurs étrangers pourraient enfin payer. Les médias locaux ont par ailleurs signalé au cours des derniers jours que d’autres acteurs majeurs de la filière, à l’image d’Exxon Mobil, seraient actuellement en pourparlers avec Alger.

Endeavour Mining confirms first case of coronavirus at African mine site

In a press release issued Monday, March 16, Canadian mining group Endeavour Mining reported that an employee at its mine in Houndé, Burkina Faso, tested positive for the coronavirus and was placed in quarantine. The employee, who had returned from the UK, reportedly « experienced mild symptoms within hours of arriving at the site » and « in accordance with the protocol and COVID-19 procedures put in place by Endeavour Mining, the Burkina Faso health authorities were immediately informed », the company said, adding that its « mining and exploration activities have not been interrupted ». This is the first confirmed case of coronavirus at a mine site in Africa. Burkina Faso reported its first two cases of coronavirus on 9 March, and is now reported to have 15 identified cases.

Endeavour Mining confirme le premier cas de coronavirus sur un site minier africain

Dans un communiqué publié lundi 16 mars, le groupe minier canadien Endeavour Mining a indiqué qu’un employé de sa mine de Houndé, au Burkina Faso, a été testé positif au coronavirus et placé en quarantaine. Le collaborateur, de retour du Royaume-Uni, aurait « ressenti de légers symptômes quelques heures après son arrivée sur le site » et « conformément au protocole et aux procédures COVID-19 mises en place par Endeavour Mining, les autorités sanitaires burkinabées ont été immédiatement informées », a expliqué la société tout en précisant que ses « activités d’exploitation et d’exploration n’ont pas été interrompues ». Il s’agit du premier cas confirmé de coronavirus sur un site minier en Afrique. Le Burkina Faso a signalé ses deux premiers cas de coronavirus le 9 mars, et compterait désormais 15 cas identifiés.

Malawi : Paladin Energy finalise la cession de son projet d’uranium Kayelekera

First announced in December 2019, the sale by Australian Paladin Energy of its Kayelekera uranium project in Malawi to its compatriot Lotus Resources has now been completed. A transaction that Paladin CEO Ian Purdy sees as « a positive step forward, which will bring significant financial benefits to the company », in a press release published on Friday 13 March. As a reminder, Lotus has agreed to pay AUD$5 million (US$3.1 million) to acquire a 65% interest in the project. Paladin will nonetheless retain a 3.5% royalty on revenues generated by the mine.

Malawi : Paladin Energy finalise la cession de son projet d’uranium Kayelekera

Annoncée pour la première fois en décembre 2019, la vente par l’australien Paladin Energy de son projet d’uranium malawite de Kayelekera à son compatriote Lotus Resources est désormais actée. Une opération que le PDG de Paladin, Ian Purdy, voit comme « une avancée positive, qui apportera des avantages financiers importants à l’entreprise », dans un communiqué publié vendredi 13 mars. Pour rappel, Lotus s’est engagé à payer 5 millions de dollars australiens (3,1 millions de dollars US) pour acquérir une participation de 65 % dans le projet. Paladin conservera néanmoins une redevance de 3,5 % sur les revenus générés par la mine.

Zambia: Zesco power company running out of electricity

Regularly criticized for its operational problems, Zesco, Zambia’s state-owned electricity generation and distribution company, acknowledged on Friday 13 March that its overall electricity supply deficit had increased by nearly 20% since September, despite massive price hikes and government support for green energy projects to combat drought-induced electricity shortages. The information was given by Zesco’s Director of General Services, Patrick Mwila, who was present at a press conference and who also said that the electricity deficit had increased to 810 megawatts, compared to 690 megawatts in September. However, the country’s major mining operators, such as First Quantum Minerals, Barrick Gold Corp and Glencore, should not be affected by these difficulties, the Zambian official said.

Zambie : la compagnie électrique Zesco en manque de courant

Régulièrement décriée pour ses problèmes opérationnels, Zesco, la compagnie publique zambienne de production et de distribution d’électricité, a reconnu vendredi 13 mars que son déficit global d’offre en électricité s’était encore accru de près de 20% depuis septembre, et ce malgré des hausses de prix massives et le soutien du gouvernement à des projets d’énergie verte pour lutter contre les pénuries d’électricité provoquées par la sécheresse. L’information a été communiquée par le directeur des services généraux de Zesco, Patrick Mwila, présent en conférence de presse et qui a par ailleurs précisé que le déficit en électricité était passé à 810 mégawatts, contre 690 mégawatts en septembre. Les grands opérateurs miniers du pays, tels que First Quantum Minerals, Barrick Gold Corp et Glencore ne devraient cependant pas être impactés par ces difficultés, a affirmé le responsable zambien.

Ghana: IronRidge Resources Expands Lithium Project Portfolio

The mining group, listed on the London Stock Exchange and already active in lithium in Ghana, has just broadened its portfolio of projects by acquiring 100% of the capital of Joy Transporters. In return, the company will issue 2.36 million of its shares at a price of 22.5 pence each, a significant premium to its current share price. This acquisition gives the group full control of the Cape Coast project as well as access to the new Saltpond project. This is a particularly promising land package adjacent to the Ewoyaa area, which hosts a mineral resource of 14.5 million tonnes grading 1.31% lithium oxide (Li2O) and where the group is currently conducting drilling operations. Low-cost regional exploration programs are also underway (reconnaissance mapping, trenching in the Saltpond permit, environmental and social studies, etc.) in this part of the Ghanaian coast, which is also ideally served and equipped with infrastructure. Thanks to this high-potential acquisition, the company could eventually integrate all of its assets into a large lithium complex.

Ghana : IronRidge Resources élargit son portefeuille de projets de lithium

Le groupe minier, coté à la Bourse de Londres et déjà actif sur le lithium au Ghana, vient d’élargir son portefeuille de projets en acquérant 100 % du capital de Joy Transporters. En contrepartie, la compagnie émettra 2,36 millions de ses actions au prix de 22,5 pences chacune, soit une prime significative par rapport à son cours actuel. Cette acquisition confère au groupe le contrôle total du projet Cape Coast ainsi que l’accès au nouveau projet de Saltpond. Soit un ensemble de terrains particulièrement prometteurs adjacents à la zone d’Ewoyaa, qui abrite une ressource minérale de 14,5 millions de tonnes titrant 1,31 % d’oxyde de lithium (Li2O), et où le groupe mène actuellement des opérations de forage. Des programmes d’exploration régionale à faible coût sont également en cours (cartographie de reconnaissance, creusement de tranchées dans le permis de Saltpond, études environnementales et sociales…) dans cette partie de la côte ghanéenne, par ailleurs idéalement desservie et pourvue en infrastructures. Grâce à cette acquisition à fort potentiel, la compagnie pourrait, à terme, intégrer l’ensemble de ses actifs dans un grand complexe de lithium.

Sasol plans to increase its capital in the face of market turbulence.

Sasol plans to increase its capital in the face of market turbulenceThe management of the South African petrochemical group Sasol announced that it is considering a capital increase and the acceleration of its current asset disposal programme, following the collapse of its share price by more than 80% as a result of the coronavirus epidemic…

Uganda: Gold exports more than double in 2019

This is what the executive director in charge of research at the Central Bank of Uganda told Reuters on Wednesday, attributing the sharp increase (from $514.8 million exported in 2018, Uganda has risen to $1.25 billion in 2019) to the growing demand for bullion – gold remains a safe haven – and an increase in the country’s refining capacity (which has a total of four refineries), especially since the commissioning of the Africa Gold Refinery in 2016. As a reminder, in 2018 gold overtook coffee as Uganda’s largest export and source of foreign exchange for the first time. The country is expected to continue to record a significant increase in gold exports, as despite low domestic production (equivalent to US$50 million), it is establishing itself as a regional hub for the trade in this precious metal, which is mostly imported from the entire Great Lakes region of Africa and southern Sudan, as well as from Venezuela last year.

Ouganda : les exportations d’or ont plus que doublé en 2019

C’est ce qu’a déclaré à Reuters mercredi le directeur exécutif en charge de la recherche à la Banque centrale d’Ouganda, qui attribue cette forte hausse (de 514,8 millions de dollars exportés en 2018, l’Ouganda est passé à 1,25 milliard de dollars en 2019) à la demande croissante de lingots – l’or restant une valeur refuge par excellence – et à une augmentation de la capacité de raffinage du pays (qui compte en tout 4 raffineries), notamment depuis la mise en service de l’Africa Gold Refinery en 2016. Pour rappel, en 2018, l’or a dépassé pour la première fois le café en tant que première exportation et source de devises de l’Ouganda. Le pays devrait continuer à enregistrer une importante augmentation des exportations d’or, car malgré une faible production nationale (l’équivalent de 50 millions de dollars), il s’affirme comme une plaque tournante régionale du commerce de ce métal précieux, importé le plus souvent de toute l’Afrique des Grands Lacs et du Soudan du Sud, ainsi que du Venezuela l’année dernière.

Côte d’Ivoire: authorities aim to make the country a major rice exporter in Africa by 2030

This is what the executive announced on Wednesday 11 March in the Council of Ministers, presenting the new roadmap of its National Rice Development Strategy (NRDS), rescheduled over the period running from 2020 to 2030 (the first NRDS, launched in 2012, aimed at rice self-sufficiency in 2020 with a production of 2 million tonnes, but after a jump from 984,000 tonnes to 1.4 million tonnes between 2012 and 2015, Ivorian production has stagnated for several years at 1.3 million tonnes). Objective: rice self-sufficiency by 2025, and the country’s accession to the rank of major African exporter by 2030. To achieve this, the authorities are considering adopting several measures, including high-yield seed production, full mechanization of the rice value chain and irrigated rice cultivation. An investment of 150 billion CFA francs will also be made in the rehabilitation and development of 64 dams and 55,000 hectares of rice-growing land, in order to « gradually switch from traditional, unprofitable subsistence rice cultivation to market-oriented, competitive and environmentally friendly rice cultivation, » according to the government. The strategy aims to help the country reduce its rice imports, which are estimated at 300 billion CFA francs.

Côte d’Ivoire : les autorités ambitionnent de faire du pays un exportateur majeur de riz en Afrique à l’horizon 2030

C’est ce qu’a annoncé l’exécutif mercredi 11 mars en Conseil des ministres, présentant la nouvelle feuille de route de sa Stratégie nationale de développement de la riziculture (SNDR), rééchelonnée sur la période courant de 2020 à 2030 (le premier SNDR, lancé en 2012, visait l’autosuffisance rizicole en 2020 avec une production de 2 millions de tonnes, mais après un bond de 984 000 tonnes à 1,4 million de tonnes entre 2012 et 2015, la production ivoirienne stagne depuis quelques années à 1,3 million de tonnes). Objectif : l’autosuffisance rizicole d’ici 2025, et l’accession du pays au rang d’exportateur africain majeur à l’horizon 2030. Pour ce faire, les autorités envisagent d’adopter plusieurs mesures parmi lesquelles la production de semences à haut rendement, la mécanisation totale de la chaîne des valeurs rizicoles et la riziculture irriguée. Un investissement de 150 milliards de francs CFA ira également dans la réhabilitation et l’aménagement de 64 barrages et 55 000 hectares de terres rizicoles, afin de « faire basculer progressivement la riziculture de type traditionnel et de subsistance non rentable à une riziculture de marché, compétitive et respectueuse de l’environnement », selon le gouvernement. Cette stratégie ambitionne d’aider le pays à réduire ses importations de riz, dont le montant est estimé à 300 milliards de francs CFA.

Ouganda : le bout du tunnel pour Tullow Oil ?

Pour la junior britannique Tullow Oil, qui voit son projet de vente de 21,6 % de ses parts à ses deux partenaires Total et CNOOC dans le projet du lac Albert bloqué depuis janvier 2017 faute d’un accord fiscal avec Kampala, cela pourrait bien être la fin d’un long imbroglio. Cité mercredi 11 mars par S&P Global Platts, un responsable du ministère ougandais de l’Énergie a ainsi confirmé que les pourparlers en cours entre le gouvernement ougandais, le pétrolier Tullow et ses partenaires Total et CNOOC étaient « proches d’aboutir ». Une information qui doit encore être officiellement confirmée par les différentes parties prenantes. Pour rappel, Tullow avait découvert le gisement en 2006 et vendu un tiers du capital à chacun de ses deux partenaires, Total et CNOOC, en 2012 pour près de 3 milliards de dollars.

Uganda: the end of the tunnel for Tullow Oil?

For the British junior company Tullow Oil, whose plan to sell 21.6% of its shares to its two partners Total and CNOOC in the Lake Albert project has been stalled since January 2017 due to the lack of a tax agreement with Kampala, this could well be the end of a long imbroglio. Quoted on Wednesday 11 March by S&P Global Platts, an official from the Ugandan Ministry of Energy confirmed that the ongoing talks between the Ugandan government, the oil company Tullow and its partners Total and CNOOC were « close to success ». This information has yet to be officially confirmed by the various stakeholders. As a reminder, Tullow discovered the field in 2006 and sold one third of the capital to each of its two partners, Total and CNOOC, in 2012 for nearly $3 billion.

Energy: Nigerian Billionaire Aliko Dangote Goes Oil-Based

After cement, sugar, flour and fertilizers, the man whose fortune is estimated at 16.7 billion dollars (Bloomberg figure) should produce his first barrels by next July from two blocks bought in 2015 from Shell, Total and ENI, located on the Kalaekulu field in the Niger Delta. According to Devakumar Edwin, Dangote’s Chief Executive Officer, after an initial production phase of around 20,000 barrels/day, the conglomerate is targeting a 100,000 b/d ratio. The extracted crude will eventually be processed in the gigantic magnate refinery (capacity of 650,000 barrels/day), currently under construction on a marshy strip east of Lagos. Through this project, Aliko Dangote hopes to help reduce Nigeria’s dependence on imported fuel. The plant is expected to enter operational phase in mid-2021.