Cameroun : Castel annonce de futurs investissements dans la filière agroalimentaire

Reçu par le président Paul Biya à Yaoundé, l’homme d’affaires français Pierre Castel a annoncé un programme d’investissements dans la filière agroalimentaire camerounaise. Un engagement financier qui traduit la volonté du groupe éponyme de mieux contrôler la chaîne de valeur.

Devenu huitième fortune de France (14 milliards d’euros de patrimoine selon le magazine Challenges) grâce à la réussite notoire de ses activités brassicoles en Afrique, Pierre Castel continue de tisser sa toile sur le continent. Reçu le 20 décembre dernier au Palais d’Etoudi, l’homme d’affaires français, à la tête du groupe éponyme, a présenté son nouveau programme d’investissements au président camerounais, Paul Biya. Au cœur de cet engagement financier, la volonté de Castel de « réduire les importations des matières premières entrant dans la fabrication des produits brassicoles », explique le communiqué de la présidence camerounaise. Également présent à l’audience, l’ambassadeur de France au Cameroun, Christophe Guilhou, a pour sa part précisé qu’avec ce programme, financé « à hauteur de plusieurs dizaines de milliards de francs CFA », le groupe Castel cherchait à « […] se tourner de plus en plus vers la production au Cameroun des facteurs qui contribuent à [sa] production industrielle ». De fait, la direction du géant hexagonal indique que seuls 30 % de ses intrants sont pour l’heure fournis au Cameroun (30 000 tonnes de sucre et 10 000 tonnes de maïs), le reste (70 %) devant être importé. Quant aux secteurs ciblés par les investissements attendus, bien qu’aucun détail n’ait pour l’heure été communiqué, on peut conjecturer qu’ils concerneront en premier lieu le maïs et le sucre, les principaux intrants entrant dans la fabrication des produits vendus par la Société des Brasseries du Cameroun, la filiale camerounaise de la galaxie Castel1. Ce serait alors une nouvelle preuve de la détermination du groupe français à contrôler toujours plus l’amont de sa filière. Plus tôt, à la fin du mois d’octobre, c’est l’entreprise congolaise la Société les Grands Moulins du phare (SGMP), filiale du français Somdiaa, qui annonçait en effet le lancement courant 2020, à Pointe-Noire, d’une nouvelle unité de production en gritz de maïs (un produit dérivé servant utilisé pour la fermentation) destiné à fournir les brasseries de sa société mère… Castel.

1 Le groupe, présent dans le vin et la bière, a 250 filiales connues, pèse 6 milliards d’euros de chiffre d’affaires et emploie 37.000 personnes à travers le monde.

Une sucrerie exploitée par Somdiaa, autre filiale du groupe Castel engagée dans la fourniture d’intrants pour sa maison mère. © Somdiaa

Lire aussi : Ces hommes d’affaires venus d’ailleurs qui ont fait fortune dans les matières premières africaines
Lire aussi : Environnement des affaires agricoles en Afrique : ce qu’il faut retenir du dernier rapport dédié de la Banque mondiale