La Côte d’Ivoire portée par ses exportations agricoles

Le récent bras de fer entre les autorités ivoiro-ghanéennes et les négociants de la filière cacao en aurait presque fait oublier l’essentiel : les exportations agricoles ivoiriennes se portent bien.

Publiées le 31 juillet, les données statistiques provisoires des autorités portuaires ivoiriennes confirment une solide hausse des volumes des principaux produits agricoles d’exportation au premier semestre 2019. Premier poste en valeur, les ventes à l’international de fèves de cacao ont ainsi progressé de 7,1 % entre le 1er octobre 2018 – début de la campagne 2018/19 – et fin juin, avec un total de 1,41 million de tonnes contre 1,33 million de tonnes lors de la même période l’année dernière. Les exportations de dérivés du cacao (poudre, beurre, chocolat) ont pour leur part progressé de 5 %, à 338 931 tonnes contre 323 979 tonnes. Idem en ce qui concerne les ventes de coton, qui ont augmenté de 5 %, à 237 909 tonnes contre 226 632 tonnes tandis que les exportations de caoutchouc naturel ont vu leurs volumes croître de 11 %, à 370 220 tonnes contre 333 354 tonnes. La palme de la progression revient néanmoins aux exportations de café (robusta et arabusta), qui ont bondi de 40 %, à 44 285 tonnes contre 31 620 tonnes.

Il n’empêche, la bonne tenue des volumes agricoles vendus à l’international n’est pas toujours synonyme de mieux-être financier pour les exploitants agricoles eux-mêmes, la baisse ponctuelle des cours mondiaux pouvant parfois annuler l’avantage retiré à écouler des quantités accrues. La récente dégradation de perspective attachée à la notation financière du groupe agro-industriel ivoirien SIFCA en est la meilleure illustration : bien qu’ayant maintenu la notation du premier employeur privé de Côte d’Ivoire à BBB+, l’agence WARA a abaissé la perspective de la notation à stable contre positive précédemment, en raison notamment de la faiblesse des cours de l’huile de palme et du caoutchouc, les deux principales matières premières agricoles présentes dans le portefeuille de l’entreprise.