Le spécialiste du chrome et du platinum Tharisa plombé par une conjoncture défavorable

Sans surprise, la baisse des cours du chrome, combinée à une contraction de la production, ont pesé sur les résultats annuels du minier Tharisa, actif en Afrique du Sud et au Zimbabwe.

L’entreprise, spécialisée dans la production de chrome et de platine, a dévoilé ce jeudi 28 novembre des résultats en forte baisse pour l’année s’achevant le 30 septembre 2019, et ce tant en raison de la chute des prix du chrome (-13 % sur la période, à 162 dollars la tonne) que d’une réorganisation de ses sites miniers, qui a impacté la production. Résultat, sur 12 mois, les revenus ont chuté de 16 %, à 342,9 millions de dollars, tandis que le bénéfice d’exploitation s’est effondré de 66 %, à 24,2 millions de dollars. A peine connue, l’annonce a immédiatement fait plonger le titre de 7 % à la bourse de Johannesburg, où la société est cotée. Dans son communiqué, la direction de l’opérateur minier a par ailleurs rappelé qu’en Afrique du Sud « […] la situation précaire dans laquelle se trouve le fournisseur d’électricité public Eskom, freine son activité […] ». De fait, l’incertitude sur l’offre d’énergie a poussé l’entreprise à investir dans des groupes électrogènes afin de pouvoir disposer d’une capacité additionnelle de secours.


Le chrome, un minerai sous pression : évolution des cours depuis le début de l’année

En dépit de ces éléments adverses, la direction du groupe s’est néanmoins montrée prudemment optimiste sur ses perspectives. Tharisa a notamment annoncé que la restructuration de sa mine phare de Tharisa, située à 95 km au nord-ouest de Johannesburg, était en bonne voie. Une réorganisation qui, une fois achevée, permettra de réaliser de substantielles économies d’échelle et d’accroître la production, selon le PDG de la société, Phoevos Pouroulis. Enfin, un autre chantier pourrait aussi prochainement booster l’activité de la société : la reprise, depuis juin, du projet minier Karo Mining, au Zimbabwe. La mine, qui nécessitera un investissement de plusieurs milliards de dollars, pourrait devenir à terme le plus grand site de production de platine du pays.