Zimbabwe : la Banque centrale règle ses dettes auprès des exploitants aurifères

La Banque centrale du Zimbabwe a apuré tous les arriérés dus aux sociétés aurifères pour la livraison de lingots à Fidelity Printers and Refiners, filiale de l’institution financière et seul acheteur d’or autorisé du pays.

L’information a été donnée ce mercredi par le quotidien zimbabwéen The Herald. Cité par le journal, Isaac Kwesu, directeur général de la Chambre des mines du Zimbabwe, a ainsi confirmé que « tous les paiements en souffrance [avaient] été effacés, les [paiements] arrivant maintenant à temps, sauf dans un ou deux cas où ils peuvent être retardés d’une semaine tout au plus ». Gravement touchés par les retards de paiement en devises du produit de leurs livraisons d’or, les opérateurs miniers avaient jusqu’à maintenant le plus grand mal à payer les importations nécessaires (carburant et équipements notamment) au maintien de leurs activités. La firme RioZim, cotée au Zimbabwe Stock Exchange, a ainsi dû suspendre ses activités minières pour la deuxième fois en six mois dans trois de ses mines d’or, en raison du non-paiement de ses livraisons d’or. La mesure officialisée cette semaine devrait donc apporter une respiration salutaire aux exploitants concernés, 65 % d’entre eux étant des mineurs artisanaux.

Dans le système actuel, les producteurs d’or du Zimbabwe sont légalement tenus de vendre leur production à Fidelity Printers and Refiners, filiale de la Banque centrale du Zimbabwe. Ils sont également censés recevoir 55 % de leurs revenus en dollars américains, le reste étant versé dans la nouvelle devise locale, des obligations d’État rebaptisées depuis janvier dollars RTGS (Real Time Gross Settlement)… et déjà fortement dévaluées (-48 % par rapport au dollar américain). Un vrai problème selon Isaac Kwesu pour qui « la seule question que les opérateurs aurifères souhaitent discuter avec la Banque centrale est celle des seuils de rétention (de change) », les exploitants souhaitant pour leur part un paiement intégral en devises. L’or constitue le principal poste d’exportation du Zimbabwe, avec plus de 60 % des recettes générées en 2017.