Le Liberia obtient des financements pour renforcer sa filière cacao

Le gouvernement libérien et le Fonds international pour le développement de l’agriculture (FIDA) ont signé jeudi 21 novembre deux accords de financement d’un montant total de 32 millions de dollars. Un apport qui bénéficiera principalement au secteur cacaoyer du pays.

La cérémonie de signature s’est déroulée à Monrovia, et a réuni le ministre des Finances et de la Planification du développement libérien, Samuel Tweah, et le représentant du Fonds international de développement agricole (FIDA), qui poursuit son engagement en faveur du pays ouest-africain. En mars, l’organisation avait en effet déjà accordé 25 millions de dollars à destination des chaînes de valeur du riz, du palmier à l’huile et de l’horticulture.

Lire aussi : Le Ghana engrange les premiers résultats du nouvel accord sur le prix du cacao
Lire aussi : Cacao : le « différentiel de revenu de subsistance » enfin sur les rails

Concernant les deux derniers accords signés, la première convention de financement mobilisera 23 millions de dollars dans le cadre d’un projet dénommé « Smallholder Agriculture Transformation and Agribusiness Revitalization Project (Projet de transformation de la petite agriculture et de revitalisation du secteur agroalimentaire, connu sous l’acronyme STAR-P) », un programmequi, selon le ministre, servira en premier lieu à « accroître la production de cacao, principalement par la replantation, en assurant une augmentation réelle de sa production ». Quant aux récipiendaires, c’est près de 38 000 petits exploitants – dont au moins 30 % de femmes et de jeunes agriculteurs –, ainsi que certaines agroentreprises actives dans la filière de l’or brun qui devraient bénéficier directement de cette manne. Le second accord allouera pour sa part 9 millions de dollars en faveur d’un projet consacré à l’extension des cultures arboricoles (Tree Crop Extension Project, TCEP), les fonds étant essentiellement destinés à la réhabilitation de routes rurales dans le comté de Nimba (nord du Liberia), où est produite une part substantielle du cacao libérien. Neuvième producteur africain de fèves (12 000 tonnes en 2017/2018 selon l’Organisation internationale du cacao), le Liberia cherche à renforcer sa filière depuis plusieurs années et, à ce titre, multiplie les demandes d’assistance et de coopération en provenance de l’extérieur.