Le sucrier kényan Mumias mis sous séquestre

Face à la surproduction et à la chute des cours mondiaux, le sucrier kényan Mumias Sugar, a été placé le 24 mars sous séquestre par la banque KCB, à la suite de la signature d’un contrat de prêteur datant de septembre 2010.

La mise sous séquestre, une procédure traditionnelle en droit anglais, est une forme d’exécution d’une garantie, qui permet aux créanciers n’ayant pas été payés à l’échéance de faire nommer par le tribunal un administrateur-séquestre. Ce dernier, agissant au nom du créancier qui l’a nommé, prend alors en charge l’exploitation de la société. Dans le cas de Mumias, le groupe bancaire kényan, qui est le principal prêteur de l’entreprise en difficulté, a nommé M. Ponangipalli Venkata de la firme Tact Consultancy, en tant que responsable de la gestion du séquestre. « Il est malheureux que cela arrive à un moment où nous avions prévu de payer les avances de salaires de nos employés. La direction reste axée sur la résolution du problème, dans le délai le plus court et le paiement des avances sur salaire comme promis », a pour sa part regretté John Shiundu, le responsable des ressources humaines du sucrier, cité dans les médias locaux.

Par ailleurs, selon le quotidien économique Business Daily africa, outre ses dettes commerciales, la compagnie en difficulté aurait accumulé depuis 2012, une dette de 10 milliards de shillings (100 millions de dollars) envers l’autorité fiscale et la régie nationale d’électricité.  Autant de problèmes financiers qui ont conduit à une chute vertigineuse du titre à la bourse de Nairobi : avec un cours divisé par plus de 10 au cours des cinq dernières années, l’entreprise est aujourd’hui valorisée à moins de 500 millions de shillings (5 millions de dollars).

Évolution du cours de Mumias Sugar sur 5 ans,
à la bourse de Nairobi. Source : Reuters.

Lire aussi Le sucrier francais Tereos sabre dans ses activités africaines
Lire aussi Le sucrier sud-africain Tongaat Hulett demande un sursis à ses créanciers