L’or devrait rester bien orienté en 2021, selon le World Gold Council

Marquée par l’incertitude, en raison de la pandémie de Covid-19, l’année 2021 devrait confirmer le statut de valeur refuge du métal jaune, selon le  World Gold Council (WGC), l’instance mondiale de développement des marchés de la filière aurifère.

Publié le 28 janvier, le dernier rapport du WGC estime que l’investissement dans l’or devrait rester soutenu au cours de l’année à venir, en raison d’un retour probable des tensions inflationnistes, générées dans le sillage des différents plans de relance mis en œuvre pour contrer le choc économique né de la pandémie du coronavirus. Une évolution qui pèserait mécaniquement sur les taux d’intérêts  et serait de nature à pousser les cours du métal jaune à la hausse, déjà en progression de 25 % en 2020.  Après avoir atteint un plus haut historique le 5 août dernier, à 2048 dollars l’once, l’or continue à évoluer à des niveaux record- près de 1900 dollars, porté par une demande d’investissement en hausse de 40 % en glissement annuel, avec 1 773,2 tonnes acquises en 2020 selon les données du WGC. L’étude précise du reste que l’essentiel de cette croissance a été enregistrée sous la forme de fonds négociés en bourse (ETF) garantis par l’or. Le WGC souligne en outre que l’activité de gré à gré (OTC) sur le métal jaune- non prise en compte dans ses calcul- a également été robuste tout au long de l’année écoulée.


Les fonds or négociés en bourse (ETF) ont acheté 877 tonnes de métal jaune en 2020, un record. Source : WGC

Les équipes de l’institution rappellent toutefois que la demande en investissement pour l’or, la plus susceptible d’influencer les cours, ne représente qu’une partie de la demande globale pour le métal.  Prise dans son ensemble, celle-ci a baissé de 14 % en 2020, à 3759,6 tonnes, la pandémie de Covid-19, avec ses effets de grande ampleur, ayant été le facteur déterminant de la faiblesse de la demande tout au long de 2020, explique le rapport. Quant à l’offre globale d’or, elle a diminué de 4 % pour atteindre 4 633 t, le plus faible niveau depuis 2013.

Lire aussi Ghana : la ruée vers l’or, une chance ?

Lire aussi Mines : où investir en 2020 ?

Lire aussi L’Egypte décroche le jackpot avec la découverte d’un important gisement d’or