Tullow Oil cède pour de bon à Total sa participation dans le projet ougandais du Lac Albert

L’enjeu : clore pour Tullow un long processus de vente et pour Total, renforcer à bon compte ses actifs africains
Mal en point financièrement, la junior britannique Tullow Oil est parvenue à finaliser la vente au français Total de la participation qu’elle détenait dans le projet de développement pétrolier du lac Albert, en Ouganda, ainsi que dans le projet d’oléoduc East African Crude Oil Pipe Line (EACOP), qui passera par la Tanzanie.

Initié depuis janvier 2017, le processus de vente des parts du groupe s’est longtemps enlisé, faute d’un accord avec les autorités de Kampala sur le traitement fiscal de cette cession. Le calendrier s’est ensuite accéléré courant mars, lorsque le ministère ougandais de l’Énergie a confirmé que les pourparlers en cours entre le gouvernement ougandais, le pétrolier Tullow et ses partenaires Total et CNOOC étaient « proches d’aboutir ». Tullow Oil avait découvert le gisement du Lac Albert en 2006 et vendu par la suite un tiers du capital à chacun de ses deux partenaires, Total et CNOOC en 2012 pour 2,9 milliards de dollars au total. Contrairement au plan initial, qui prévoyait un transfert égal des parts entre les deux autres partenaires du projet, Total et CNOOC, c’est la major européenne qui a repris l’ensemble des actifs de Tullow.

Dans le communiqué de presse annonçant l’accord avec la junior britannique, Patrick Pouyanné, le PDG de Total, s’est pour sa part félicité que cet accord permette d’« […] acquérir l’ensemble des intérêts de Tullow Oil dans le projet du lac Albert pour un coût d’acquisition de moins de 2 dollars par baril, et que Total ait trouvé un accord avec le gouvernement ougandais sur le cadre fiscal […] ». Selon les termes dévoilés de la convention, le groupe hexagonal versera à Tullow 500 millions de dollars en numéraire, auxquels s’ajoutera un second versement de 75 millions de dollars « lorsque les partenaires prendront la décision finale d’investissement du projet ». Quant à Tullow, qui doit faire face à 2,8 milliards de dollars d’engagements financiers, sa direction a précisé que « le produit de la vente sera utilisé pour réduire la dette, renforcer le bilan et orienter la société vers une structure de capital plus prudente ».

Lire aussi : Ouganda : le bout du tunnel pour Tullow Oil ?
Lire aussi : Plombé par ses activités au Ghana, le britannique Tullow Oil s’effondre en bourse
Lire aussi : Côte d’Ivoire : Total et ENI investissent dans l’exploration pétrolière