Zambie : Mopani Copper Mines, filiale de Glencore, réduit son activité

Sous pression, la filiale cuprifère zambienne de Glencore a fait part de son intention de fermer deux puits de sa mine de Nkana. Une annonce qui traduit la volonté de recentrage du groupe anglo-suisse vers des activités plus rentables.

Dans les filiales africaines de Glencore, le géant du négoce des matières premières touché par la chute des cours, l’heure est à la restructuration. Après que le groupe anglo-suisse ait annoncé la semaine dernière son intention de suspendre d’ici la fin de l’année ses opérations dans sa mine de cobalt congolaise de Mutanda, la plus importante du monde par la production, c’est au tour de la Mopani Copper Mines, l’unité de Glencore en Zambie, de faire les frais de cette réduction d’activité. La direction locale de l’entreprise a annoncé jeudi sa décision de fermer deux de ses puits à sa mine de Nkana, dans l’est du pays. Une mesure qui pourrait se traduire par une perte potentielle de 1 400 postes. Les dirigeants de la compagnie ont toutefois tenu à préciser que les « suppressions d’emplois concernent surtout les prestataires externes et non les emplois directs de l’entreprise ». De fait, Mopani Copper Mines a confirmé avoir envoyé des avis de non-renouvellement pour tous les contrats de services externes. Cette décision de réduire la voilure n’est toutefois pas une surprise. « Notre activité de cuivre en Afrique n’a pas atteint la performance opérationnelle attendue. Nous avons entrepris de relever les défis de Katanga et de Mopani en apportant plusieurs changements de gestion et en supervisant un examen opérationnel détaillé axé sur de nombreuses améliorations pour parvenir à une production cohérente et rentable à pleine capacité », rappelait ainsi Ivan Glasenberg, PDG de Glencore, lors de la présentation des résultats du deuxième trimestre, le 7 août. En clair, dans un contexte de forte volatilité des cours, l’opérateur minier est tenu de réévaluer régulièrement la carte de ses actifs afin de conserver sa profitabilité.

Lire aussi : Glencore plombé par son activité cuprifère africaine
Lire aussi : Zambie : Vedanta Resources lance une procédure d’arbitrage pour récupérer la mine de Konkola

Une logique opportuniste que goûtent cependant peu les autorités zambiennes. Dans le sillage de l’annonce de Mopani Copper Mines, le ministère zambien des Mines a demandé à l’entreprise de revenir sur sa décision de fermer les deux puits de son site de Nkana, indiquant par la même occasion que la gestion des puits concernés pourrait « au besoin, être confiée à des entrepreneurs locaux ».