Le nigérian Lekoil victime d’une arnaque de près de 200 millions de dollars

Après s’être félicité au tout du début du mois de la conclusion d’un accord de prêt avec le fonds souverain qatari, le pétrogazier nigérian se dit aujourd’hui victime « d’une tentative de fraude ».

La cotation des titres de Lekoil a été suspendue lundi 13 janvier à la bourse de Londres après que la direction de la société nigériane a annoncé avoir découvert la nature frauduleuse d’un récent accord de prêt de 184 millions de dollars signé avec la Qatar Investment Authority (QIA). Au tout début janvier 2020, l’entreprise, spécialisée dans l’exploration et la production pétrogazière, avait indiqué à ses actionnaires qu’elle allait recevoir un prêt du fonds souverain du Qatar- qui gère près de 350 milliards de dollars d’actifs- pour mettre en valeur son principal site d’exploration (dénommé Ogo), situé au large des côtes nigérianes. Une annonce qui semble avoir surpris les principaux intéressés puisque dans la foulée du communiqué de Lekoil, publié le 2 janvier, des représentants du fonds qatari ont approché l’opérateur pétrolier pour remettre en question la validité dudit l’accord. La suspicion porte désormais sur la société de conseil mandatée par Lekoil pour jouer les intermédiaires entre le nigérian et les qataris, Seawave Invest, une entité enregistrée aux Bahamas et qui se dit « spécialisée dans les transactions transfrontalières, notamment en Afrique »). Selon Lekoil, Seawave lui aurait présenté des personnes «prétendant provenir de la QIA» pour discuter du prêt et ce moyennant 600 000 dollars de commissions. Rien n’aurait cependant été payé à « la contrepartie présumée », a tenu à préciser Lekoil dans son communiqué qui conclut en indiquant que « la société contactera sans délai les autorités compétentes dans un certain nombre de juridictions, en ce qui concerne ce qui semble être une tentative de fraude à l’encontre de Lekoil ».

Lire aussi : Nigeria : le président Buhari signe la nouvelle loi sur le pétrole, plus dure à l’encontre des majors
Lire aussi : Pétrole : le Nigeria consent à réduire sa production pour se conformer aux quotas de l’OPEP

Une chose est sûre néanmoins : l’annonce surprise de la société nigériane est très mal passée auprès des opérateurs de marché, qui ont lourdement sanctionné l’action Lekoil à la reprise des cotations ce mardi : à la mi-journée, le titre s’effondrait de 70 % par rapport à la clôture précédente.

Evolution du cours boursier de Lekoil sur 5 jours, à la bourse de Londres :
un effondrement en règle. Source : Google Finance